ETUDE  PHOTOGRAPHIQUE - INTRODUCTION
Pour réussir en bodybuilding, il faut être patient et méthodique. Il faut se fixer des objectifs aussi bien sur le court terme que sur le long terme afin de se satisfaire des progrès effectués tout au long de l’année. Trouvez-vous un modèle parmi les culturistes les plus célèbres, choisissez-en un qui possède une taille et un morphotype proche du votre, et lisez les conseils qu’il préconise.

Avant d’entamer une prise de masse, il est indispensable d’établir un état des lieux de votre condition physique. Vous devez impérativement prendre le temps de vous remettre en question, et ainsi trouver les failles dans votre physique qui méritent toutes votre attention. Pour effectuer cette introspection, il n’y a rien de mieux qu’une étude photographique : le corps pourra ainsi être décortiqué de façon objective, les points faibles et les points forts pourront alors être mis en évidence. Il ressortira de cette étude photographique des repères solides et viables sur lesquels reposeront les futurs programmes d’entrainement de l’athlète.

Les photos doivent être prises en situation de Posing, et idéalement en fin de Sèche, afin que le corps soit le plus lisible possible. Plus votre introspection photographique sera menée de façon précise et professionnelle, plus les résultats qui en découleront seront à la hauteur de vos espérances. Vous réaliserez alors à quel point cette étape est indispensable pour tout bodybuilder souhaitant progresser.
Au début, puis durant votre prise de masse, afin de contrôler votre progression, pesez-vous une fois par semaine, et n’hésitez pas à prendre vos mensurations une fois par mois.

Avant de passer à l'article "Etude de cas", voici un récapitulatif des erreurs esthétiques les plus souvent commises par les bodybuilders :
-
Des bras manquant de volume.

Des biceps ou des triceps qui ont leur portion externe sous-développée. Par ailleurs, les ventres musculaires de ces muscles se retrouvent bien souvent décalés, alors qu’ils doivent être alignés sur le même axe (perpendiculaire par rapport à l’humérus).

Des pectoraux manquant d’épaisseur, de longueur, et qui ont des portions inégalement développés.

-
-
-
Des grands dorsaux sous-développés dans leur portion basse, ce qui limite et déforme la forme en V que doivent normalement présenter de grands dorsaux.

Sur-développement des cuisses et des fessiers (une exagération qui se retrouve principalement chez les bodybuilders professionnels).

Des jumeaux et des soléaires insuffisamment développés.

Lecture Conseillée
-
-
-
Je terminerai par ce Fléau qui s’est abattu sur le culturisme à partir du milieu des années 90 : la dilatation de l’abdomen ! C’est un des défauts les plus graves que peut présenter un culturiste. Les fondements du Culturisme régissant les critères d’un corps équilibré et esthétique reposent en partie sur la présence d’une taille fine. C’est un critère incontournable ! Vous devez bien comprendre, que plus votre taille sera fine, plus le reste du corps apparaitra volumineux, et harmonieux. Et avoir la taille fine n’empêche en rien la possibilité d’avoir des obliques et des abdominaux clairement apparents et bien dessinés ! Tout culturiste qui de profil arbore un ventre se projetant plus loin que ses pectoraux doit absolument revoir sa copie ! Mais même de face ce défaut majeur n’échappe pas à l’œil.
Un problème d’abdomen distendu n’est généralement pas une question de sèche, car on peut très bien avoir les avoir des abdominaux clairement apparents par-dessus un ventre proéminant. Il n’est pas ici nécessaire que je mette des photos pour illustrer ce problème qui gangrène le monde du culturisme et qui fait honte à ce sport depuis déjà trop longtemps. En effet, tous ceux qui pratique le bodybuilding savent très bien de quoi je parle, et ils savent également quelle en est la cause : le Dopage à l’Hormone de Croissance, pour l’essentiel (et parfois, un régime alimentaire inadapté et trop "sale" lors de la prise de masse).

Edition spéciale de "Musclemag" (reprise par "Bodyfitness") parue en 1997 pour les 50 ans d’A. Schwarzenegger. Une vraie pépite ! Près de 200 pages consacrées à une description détaillée faite par Arnold lui-même sur ses méthodes et astuces d’entrainement.