LA GLUTAMINE
Comptant pour près de 60 % de l'ensemble des acides aminés présents dans nos cellules (et 20 % de ceux présents dans notre sang), La glutamine constitue de loin l’aminoacide le plus indispensable à notre organisme. Très présent dans les muscles, la glutamine sert bien évidement à la construction protéique et donc à la croissance musculaire, mais une augmentation intracellulaire en cet aminoacide n’augmentera cependant pas la force et elle n’accélèrera pas non plus la synthèse protéique. L'intérêt d'une supplémentation en Glutamine permet surtout d'éviter une éventuelle carence, ce qui freinerait considérablement le développement musculaire tant cet acide aminé tient un rôle majeur dans le métabolisme et la composition protéique tissulaire. Ci-dessous, vous trouverez les implications les plus indispensables de la glutamine dans le fonctionnement de l’organisme :
Maintien de l’intégrité physique de la paroi intestinale
La glutamine se révèle être un substrat énergétique très efficace, et s‘avère notamment être très utilisée par les cellules intestinales. La qualité de la flore et de la paroi intestinale (notamment les entérocytes) se trouve ainsi directement dépendante de l’apport en glutamine exogène et endogène. Dans le cadre sportif, les capacités de régénérations musculaires sont en grande partie indexées sur le flux nutritif que reçoivent les muscles, la capacité d’assimilation des nutriments au niveau intestinal a donc toute son importance dans ce processus, d’où l’importance d’apporter suffisamment de glutamine à l’activité intestinale.
Sauvegarde du système immunitaire
Inflammations et infections sont quotidiennement prévenues et combattues par notre système immunitaire, et notamment par les lymphocytes et macrophages. Identifiée comme substrat énergétique de premier choix, la glutamine s’est imposée comme la principale source d’ATP dans la synthèse et le développement des cellules du système immunitaire. Si carence en glutamine il y a, cela entraine un ralentissement de la différenciation des lymphocytes et macrophages, rendant ainsi l’organisme très fragile face aux agressions virales, bactériennes, et inflammatoires.
Entretien articulaire
Dans notre organisme, la glutamine associée au glucose synthétise de la glucosamine. Cette molécule s’avère être un des composants de notre cartilage, et elle augmenterait également la production de synovie (lubrifiant articulaire). Beaucoup pensent donc qu’une supplémentation en glutamine préviendrait des problèmes articulaires, et résoudrait en partie ceux déjà installés. Tendons et ligaments seraient également mieux armés face aux agressions grâce à une supplémentation en glucosamine.
Néanmoins la controverse persiste depuis de nombreuses années à ce sujet, car les résultats de nombreuses études divergent radicalement quant à la réelle efficacité d’une supplémentation en glucosamine de sulfate sur la prévention et la guérison de l’ostéoporose et des tendinites. Affaire à suivre donc…
Lecture Conseillée
Maintien de l’équilibre acido-basique
Le stress, une alimentation sucrée ou acide, ou encore des efforts physiques prolongés accroissent l’acidité et le taux d’azote dans notre organisme. Il convient donc d’assurer à ce dernier un équilibre acido-basique constant afin que l’acidité n’aille causer des dégâts tissulaires (tendinite, catabolisme, dégradation membranaire…).
La glutamine est un composé de glutamate et d’ammoniac (non toxique sous cette forme). Selon ses besoins, l’organisme dégradera sa glutamine au niveau hépatique afin que l’ammoniac ainsi libéré (NH3) garantisse l’équilibre acido-basique en fixant l’excédent d’ions hydrogènes (H+ étant l’élément acide), formant ainsi de l’ammonium (NH4+). Ce dernier sera ensuite transformé en urée par le foie, avant d’être éliminé de l’organisme via la voie rénale puis urinaire.
Par ailleurs, la glutamine s’avère être un transporteur d’azote très efficace, évacuant ainsi vers le foie l’excédent d’azote plasmatique afin qu’il y soit recyclé via l’urée. Enfin, sachez que la glutamine à également une propriété anti-oxydante indirecte, car elle constitue l’un des 3 acides aminés précurseurs à la synthèse de glutathion, un puissant antioxydant.
Edition spéciale de "Musclemag" (reprise par "Bodyfitness") parue en 1997 pour les 50 ans d’A. Schwarzenegger. Une vraie pépite ! Près de 200 pages consacrées à une description détaillée faite par Arnold lui-même sur ses méthodes et astuces d’entrainement.
Le surentrainement vide considérablement les stocks de glutamine présents dans l’organisme, ce qui rend ce dernier beaucoup moins prédisposé à résister aux maladies, infections, inflammations, blessures, douleurs articulaires, troubles intestinaux, ou encore à des dégradations tissulaires causées par l’acidité.
Le problème se pose également dans l’autre sens, car tout stress périphérique au métabolisme musculaire prive grandement les muscles squelettiques de leur glutamine, tant les faibles quantités de cet acide aminé circulant dans l’organisme seront prioritairement utilisées pour résoudre les urgences physiologiques. Musculairement, il en ressortira une récupération moins rapide, une impossibilité de progresser, un catabolisme prononcé, ainsi qu’une faiblesse motrice.
Pour parer à tous ces désagréments, il est donc quotidiennement essentiel d’alimenter suffisamment son organisme en glutamine, mais aussi d’en booster la synthèse endogène. Normalement nos rations journalières suffisent, mais en cas de stress important (quel que soit son origine) il est chaudement recommandé de suivre une alimentation riche en protéines afin d’accroitre la présence en glutamine dans tout l’organisme. Les sportifs sont particulièrement concernés par cette recommandation compte tenu des dégâts structuraux musculaires et inflammatoires inhérents à leurs entrainements.
Le marché de la Nutrition pullule de suppléments en glutamine, mais ce que l’on ne vous dit pas, c’est que la glutamine orale est principalement détournée par le métabolisme intestinal, et seul 10 à 15 % de cet acide aminé parvient au sang. Néanmoins, une supplémentation orale en glutamine garantira un bon équilibre intestinal, ainsi qu’un système immunitaire de qualité, car c’est dans et autour des intestins que l’immuno-résistance est la plus active. Une supplémentation de 0.1 gr de glutamine par kilo de poids de corps, 2 fois par jour (dont une prise après une séance d’entrainement), peut donc s’avérer judicieux. A noter qu’une portion de Whey contient déjà de la glutamine, faites donc le calcul.
Pour augmenter la présence de glutamine au niveau sanguin et musculaire, une supplémentation en BCAA s’avère en revanche très efficace, car les aminoacides branchés sont précurseurs à la synthèse de glutamine.

A noter enfin que l’âge avançant, l’endo-synthèse de glutamine perd de sa capacité, il convient donc d’augmenter quelque peu sa ration journalière protéique au-delà de 40 ans.
Cliquez ci-dessus