BODYBUILDING
LA WHEY : protéine de petit-lait VB = 100

     Le lactosérum (ou petit lait) est le liquide issu de la coagulation du lait. Il s’avère difficile de le trouver en quantité significative dans l’alimentation. Mais la Whey est un concentré de ces protéines issues du lactosérum, auquel on a retiré l’eau et la majorité du lactose (de par un processus de transformation et de filtrage). Ces protéines (6 gr par litre de lait) sont pour les 2/3 des albumines et pour 1/3 des globulines (elles sont très solubles).

La digestion de la Whey, puis son assimilation, est très rapide, ce qui permet à ses acides aminés de jouer rapidement leur rôle anabolisant auprès des muscles : 10 à 12 gr de Whey sont hydrolysés / heure (solubilité élevée et très peu de nutriments parasites), et ses acides aminés sont déjà présent dans la circulation sanguine post-hépatique au bout de 15-20 min post-absorption (contre une moyenne de 30 min pour les autres sources de protéine).


L'aminogramme légèrement déséquilibré de la Whey n'est pas vraiment un problème en soit, car elle demeure très intéressante pour l’anabolisme musculaire. Elle est très concentrée en Méthionine et Cystéine (2 aminoacides soufrés qui ont des propriétés indirectes antioxydantes = meilleure récupération). Elle est également très concentrée en BCAA (3 aminoacides branchés, Isoleucine, Leucine, Valine) et en aminoacides Glutamine : ces 4 derniers acides aminés cités privilégient récupération et croissance musculaire. Les BCAA ont par ailleurs la particularité de passer directement dans la circulation sanguine générale sans être métabolisés par le foie, ce qui améliore leur biodisponibilité musculaire. Ils optimisent l’anabolisme musculaire de façon directe de par leur forte nécessité structurelle, mais aussi de façon indirecte en favorisant un environnement hormonal anabolisant.

De plus la Whey élève la production d’Hormone de Croissance (GH) et d’insuline, ce qui indirectement augmente la production d’hormones anabolisantes IGF-1 (qui a un rôle de synthèse protéique, spécifiquement vers la masse maigre musculaire), et diminue la production de Cortisol (induite par le stress musculaire = entrainement) qui de son côté cherche à créer de l’énergie via le catabolisme.

La Whey basique est dite "Concentrée", alors que d'autres Whey sont dites "Optimisées", car ces dernières couvrent certains besoins très spécifiques à l'activité musculaire :

La Whey isolée (isolat), VB 100 : le lactosérum est davantage filtré (moins de lactose présent), donnant ainsi une concentration en protéine avoisinant les 90-95 % pour 100 gr de poudre (contre 70-80 % pour la Whey classique). Cela accélère la digestion puis l’assimilation des acides aminés, 12 à 15 gr / heure, et rend les acides aminés plus rapidement disponibles pour les cellules musculaires : 15 min post-absorption. L’isolat sera préférée pour les personnes fortement intolérantes au lactose.

La Whey hydrolysée (hydrolysat) VB 100 : dans cette poudre, soit les chaînes polypeptidiques sont subdivisées en oligopeptides (2 à 10 AA) lors du processus de fabrication, ou soit on y ajoute des enzymes peptidases. Parfois ces deux procédés sont combinés. Ceci nous donne une protéine à assimilation record : 15 à 20 gr / heure ! Et la disponibilité sanguine post-hépatique des acides aminés commencera dès 10 min ! L’autre avantage de la Whey hydrolysée, c’est que la congestion sanguine nécessitée par le système digestif sera très limitée, les muscles garderont donc un réseau capillaire fortement irrigué, optimisant davantage encore leur captation d’aminoacides (et d’autres nutriments). À noter cependant que les techniques visant à filtrer le lactosérum afin d’en générer un hydrolysat sont très agressives… Nombres d’études ont clairement montrées que ces procédés dégradaient en partie la qualité même des oligopeptides.
Donc tout compte fait avoir recours à de l’hydrolysat n’est pas forcément le meilleur choix stratégique, d’autant plus que ces derniers coutent plus cher que les isolats, et qu’en plus bon nombre d’hydrolysats vendus sur le marché le sont sous forme d’oligopeptides à chaines moyennes et longues (voire sous forme de polypeptides parfois !), plutôt que sous forme fragmentée à chaines vraiment courtes (2 à 3 AA maximum).
Par ailleurs, une assimilation d’aminoacides un peu plus rapide de quelques minutes apporte-t-elle vraiment un boost significatif sur le processus surcompensatoire protéique musculaire ?... Sachant que celui-ci s’étale en moyenne jusqu’à 72 heures post-training, je ne le pense pas.

La Whey concentrée à l’Arginine : l’aminoacide Arginine est un précurseur de l’acide nitrique, ce dernier favorise la circulation sanguine (par dilatation) ce qui augmente les capacités métaboliques et la récupération musculaire. Par ailleurs, l’Arginine (combiné à d’autres acides aminés) favorise la sécrétion de GH.

La Whey concentrée à la Créatine : molécule synthétisée à partir de certains acides aminés, la créatine est principalement utilisée par les muscles afin d’y reconstituer la phosphocréatine (PCr), un substrat énergétique. La créatine a également un effet anabolisant. Une supplémentation en créatine permettra notamment de récupérer plus rapidement entre deux séances, et de rendre ces dernières un peu plus intenses.


Attention, les Whey ne se valent pas toutes !  
En effet, toutes les Whey vendues sur le marché de la supplémentation alimentaire ne sont pas au même niveau quantitatif et qualitatif. D’un point de vue quantitatif elles ne contiennent pas toutes la même quantité de protéines pour 100 gr de produits, à savoir que le dosage généralement constaté se situe dans une fourchette relativement large allant de 65 à 90 % ! 
D’un point de vue qualitatif, et c’est là le plus important, une protéine efficace et respectueuse de la santé doit respecter certains critères incontournables, les voici :

- Dans l’idéal la Whey doit être directement obtenue à partir de la transformation du lait (Whey Native), et non à partir de celle de fromages (Whey fromagère), car dans ce deuxième cas les protéines subissent bien plus d’étapes de transformation, ce qui détériore en partie leurs qualités.

- Une Whey de qualité doit également être obtenue via une microfiltration à basse température (label CFM), car si elle est micro-filtrée à haute température là encore les protéines seront en partie détériorées.

- Une bonne Whey doit également afficher des normes de fabrication prouvant le respect de la chaine de production et de la bonne préservation des denrées (normes HACCP et iso 22000 par exemple).

- Enfin, évitez les Whey comportant de l’aspartame et préférez plutôt celle contenant du sucralose. Mais dans l’idéal choisissez celles édulcorées à la stévia !

BODYBUILDING
  Coach
 -->  Photos des Compétitions et des Compétiteurs : cliquez sur l'un des logos
 -->  Photos des Compétitions et des Compétiteurs : cliquez sur le logo
Bodybuilding Masculin, focus du moment
Chris Bumstead
• 2015 - CBBF Championships, Men’s Junior, 1st
• 2016 - CBBF Championships, Open Heavyweight, 2nd
• 2016 - IFBB North American Championships, 1st (Pro Card)
• Mr Olympia Classic Physique : 2nd in 2017 and 2018 ; Winner in 2019 and 2020

» Voir photos : lien 1-   lien 2- 
Bodybuilding Féminin, focus du moment
Hattie Boydle
• 2015 - WBFF World Championships, 4th
• 2016 - WBFF World Championships, 1st

» Voir photos : lien 1-   lien 2- 
Mémoire du Bodybuilding, la Rétrospective du moment
Larry Scott
» Ses meilleurs résultats :
• 1959 - Mr. Idaho, Winner
• 1960 - Mr. California - AAU, Winner
• 1961 - Mr. Pacific Coast - AAU, Winner
• 1962 - Mr. America IFBB, Winner
• 1963 - Mr. Universe IFBB, 1st in Medium
• 1964 - Mr. Universe IFBB, Winner
• 1965 - Mr. Olympia, Winner
• 1966 - Mr. Olympia, Winner

» Voir photos : lie1-   lien 2-