BODYBUILDING
PRÉPARER SA COMPÉTITION

    Se lancer dans le monde de la compétition est sans nul doute une source de motivation sans égal. Outre l’envie de monter sur une scène pour montrer au public et à ses proches de quoi on est capable, préparer une compétition c’est avant tout un défi que l’on se lance à soi-même. Sport, business, aventure… quel que soit le domaine abordé, se prouver à soi-même que l’on peut repousser ses propres limites s’avère toujours un exercice des plus excitant à vivre.

Bodybuilding, Bodyfitness, Bikini, Men's Physique… quelle que soit la catégorie concernée, la décision de se lancer dans la préparation à une compétition doit être mûrement réfléchie, l'improvisation n'a pas sa place ici. Il conviendra pour l’athlète de respecter les longues et indispensables phases préparatoires qui le mèneront à son pic de forme. Ainsi, plus votre prise de décision de concourir sera éloignée de la compétition visée, plus vous aurez le temps de vous y préparer dans de bonnes conditions, ce qui vous permettra de défendre le plus honorablement possible vos chances sur scène le jour-J. L’idéal est d’entamer sa préparation 1 an avant l’évènement visé, mais si votre état de forme demeure "élevé" en hors saison, et si vous ne visez pas une progression très poussée, il est possible de réduire jusqu’à 6 mois votre préparation à une compétition (je vous invite bien évidement à lire les articles consacrés à la planification dans de la rubrique "Programmation").

Ok
Déterminez votre objectif
     
La première chose à faire est de déterminer bien évidement dans quelle catégorie vous allez concourir. Votre objectif, aussi motivant que réalisable, doit se déterminer en fonction de : votre âge, votre poids, votre taille, votre morphotype, votre état de forme pré-préparation, ainsi que la progression visée. Dans la mesure du possible, la catégorie visée devra ensuite demeurer inchangée, ceci afin d’optimiser au mieux le temps imparti jusqu’au jour J. Alors prenez donc bien le temps de la réflexion afin de cibler le plus judicieusement possible votre choix de catégorie.
Ok
Préparez-vous dans les moindres détails
     
Dans les dernières semaines et derniers jours pré-compétition, vous ne devez plus rien laisser au hasard, n’oubliez jamais que les petits détails peuvent à la fin faire la différence !

- Ainsi, vous devez consacrer de plus en plus de temps à travailler votre Posing !

- Préparez votre peau à la compétition. L’épilation intégrale est une étape quasi-obligée afin de permettre à la peau d’accrocher au mieux la lumière. Effectuez un bronzage évolutif via des bains de soleil à la plage, ou depuis votre terrasse ou votre jardin (le cas échéant via quelques séances d’UV en cabine, même si ce n’est trop conseillé...).
Puis pour la compétition choisissez judicieusement votre tan (notamment selon la couleur naturelle de votre peau), essayez-le quelques semaines avant la compétition afin d'éviter les mauvaises surprises au dernier moment. 48h avant la compétition pratiquez une exfoliation, puis appliquez une sous-couche de tan la veille du jour-J (pour certains tans). Le jour-J peaufinez votre tanning par 1, 2, ou 3 couches (selon la marque de tan utilisée), et appliquées les avec quelques heures d'écart. Évitez d’avoir un rendu tanné trop clair (c'est fréquent) ou trop foncé (ce qui est plus rare). Pour ceux transpirant facilement consacrez plus de temps à parfaire votre bronzage naturel afin d’avoir ensuite le moins de tan possible à appliquer, et choisissez un tan le moins coulant possible. Le jour de la compétition apportez une serviette au pied de la scène pour vous essuyer entre vos passages ou comparaisons, si cela s’avère vraiment nécessaire. Veuillez à ne pas mettre de tan sur votre maillot, ni sur votre numéro de badge, et n’oubliez pas de vous tanner le visage et les pieds afin de présenter un rendu parfaitement homogène.

Ok
L’échauffement en coulisse
     
Il est fortement conseillé de s’échauffer avant de monter sur scène. L’idéal étant de commencer vos exercices dans les 30 minutes précédant votre appel, cela vous laissera ainsi le temps de congestionner l’ensemble du corps et donc d’apporter un surcroît de volume de dernière minute à vos groupes musculaires (via la congestion musculaire).

Pour ce faire il convient d’utiliser des charges légères et d’effectuer des séries longues (15 répétitions en moyenne).

- Bien que l’échauffement doit être appliqué à l’ensemble du corps, il est préférable que vous consacriez davantage de temps aux groupes musculaires identifiés comme étant vos points faibles. Ainsi, vous accentuerez leur vasodilatation et leur congestion, ce qui vous permettra de parfaire votre équilibre musculaire.

- Attention cependant à ne pas trop abuser du principe de congestion, car bien qu'un surcroît de sang et d'eau dans un muscle permet de lui apporter davantage de volume, cela peut cependant très légèrement nuire à sa définition musculaire, car ces "liquides" peuvent venir très légèrement voiler les fibres musculaires, et vous en conviendrez ce serait dommage !

- N’oubliez pas qu’il ne s’agit ici que d’un échauffement, ne vous tuez donc pas à la tâche ! Étant donné que l’organisme est placé en importante carence hydrique durant les dernières heures pré-compétition, il ne serait ici pas judicieux de s’épuiser avant de monter sur scène. Une déshydratation trop intense peut vous exténuer au point de vous faire perdre votre lucidité, et donc votre concentration lors de votre passage sur scène. Une trop forte déshydratation peut également entrainer des crampes, vous empêchant donc de poser correctement sur scène ! Par ailleurs, afin de conserver la bonne tenue de votre tan vous devez éviter que votre organisme n’engage trop fortement son processus de sudation. Enfin, un échauffement trop intense réduira vos réserves glycogéniques, ce qui nuira à l'effet recherché du rebond glycogénique qui vise à afficher une musculature la plus dense possible au moment de se présenter devant les juges.

- Ne vous refroidissez pas avant de monter sur scène. Demeurez dans un environnement suffisamment chaud, ça vous permettra de conserver au mieux l'effet vasodilatatoire et donc la congestion musculaire. Retravaillez votre Posing pendant, et à la fin de votre échauffement.

- Avant votre passage sur scène, pendant, mais aussi après, pensez à immortaliser l'instant en vous faisant photographier, ce n’est pas tous les jours que l’on tient la forme de sa vie !


Dans la rubrique que j'ai dédié à la SÈCHE, je vous invite bien évidemment à lire les articles consacrés aux règles de nutrition et d’entrainement qui sont préconisées en phase de "Pré-Compétition".

BODYBUILDING
  Coach
 -->  Photos des Compétitions et des Compétiteurs : cliquez sur l'un des logos
 -->  Photos des Compétitions et des Compétiteurs : cliquez sur le logo
Bodybuilding Masculin, focus du moment
Chris Bumstead
• 2015 - CBBF Championships, Men’s Junior, 1st
• 2016 - CBBF Championships, Open Heavyweight, 2nd
• 2016 - IFBB North American Championships, 1st (Pro Card)
• Mr Olympia Classic Physique : 2nd in 2017 and 2018 ; Winner in 2019 and 2020

» Voir photos : lien 1-   lien 2- 
Bodybuilding Féminin, focus du moment
Hattie Boydle
• 2015 - WBFF World Championships, 4th
• 2016 - WBFF World Championships, 1st

» Voir photos : lien 1-   lien 2- 
Mémoire du Bodybuilding, la Rétrospective du moment
Larry Scott
» Ses meilleurs résultats :
• 1959 - Mr. Idaho, Winner
• 1960 - Mr. California - AAU, Winner
• 1961 - Mr. Pacific Coast - AAU, Winner
• 1962 - Mr. America IFBB, Winner
• 1963 - Mr. Universe IFBB, 1st in Medium
• 1964 - Mr. Universe IFBB, Winner
• 1965 - Mr. Olympia, Winner
• 1966 - Mr. Olympia, Winner

» Voir photos : lie1-   lien 2-